Les aventures d'un séminariste...

... dont l'acteur/auteur ne prétend pas se prendre au sérieux, mais prétend pouvoir l'être...

Retour à la page de présentation du site

mercredi 17 juin 2009

Un an, deux ans avec vous... Conclusion !


[Ce billet est essentiellement adressé aux jeunes que j'ai eus pendant ces deux dernières années en "annonce de la foi", dans un lycée proche de mon séminaire...]

Chers amis, pour beaucoup d'entre vous, je n'ai pas pu vous dire au revoir, et je le regrette profondément !
Je voulais donc vous laisser un "petit"* mot ici, en donnant la possibilité à ceux qui le voudraient de venir le lire, pour vous dire au revoir et conclure cette année avec vous... ces deux ans avec vous.

* en fait, pas si petit, mais vous prendrez bien dix minutes pour le lire, j'espère ! ;)

Lire la suite

lundi 15 juin 2009

... mais la météo annonce du beau temps !


Résumons : la tempête s'est apaisée, merci pour vos prières ! Mes devoirs - le grand et le petit, qui a fini par devenir grand à force de corrections ^^ - sont envoyés sans espoir de retour autrement que notés et annotés, mon oral d'hébreu est passé aujourd'hui (pourquoi attendre puisque, objectivement, je n'aurai jamais le temps de le réviser d'ici quinze jours ?) et plutôt bien passé, l'assemblée générale des étudiants est passée, le compte-rendu est tapé (mais pas trop fort), la fête de fin d'année est confiée au second délégué, je ne m'occupe "que" de la technique, et, top du top, me rendant compte avec mon tuteur tout-à-l'heure que j'avais déjà passé trois oraux sur l'Ancien Testament alors que la ratio studiorum n'en prévoit qu'un, mon tuteur préféré vient d'obtenir que je ne passe pas celui qui était prévu la semaine prochaine ! You-ouh ! Plus rien à f...
Hum...
On m'informe qu'il reste encore trois oraux à continuer à préparer, dont un en dogmatique (super important !), un en sacramentaire (super important !) et un en droit canon (super important !), et qu'il est l'heure de me coucher pour ce soir (super important, vu les deux derniers week-ends de folie que je viens de passer !).
J'y file, (et non pas j'hiphil, pour les nombreux hébraïsants qui me lisent :) ), je crois que, finalement, il y a encore de quoi occuper ces deux semaines !
Oremus, fratres...

mardi 9 juin 2009

Les temps sont durs...


Chers amis et lecteurs,
les temps sont durs, même si je ne suis pas parmi les malheureux qui encaissent la crise économique de plein fouet, pour qui je tâche de prier chaque jour... Non, les temps sont durs pour de multiples raisons que je n'énumèrerai pas, d'abord parce que ce serait fastidieux pour vous comme pour moi, et ensuite parce qu'il n'y a aucune raison d'étaler certaines de ces raisons dans un lieu public comme celui-ci.
Toutefois, si je me permets d'écrire ceci ici, c'est pour vous demander humblement de prier pour moi, et peut-être même un peu plus que d'habitude ces jours-ci. Pour ma part, j'intensifie aussi ma prière, et ma prière aussi à vos intentions : je prie pour beaucoup nommément, quelque fois pour des intentions très précises, mais je prie aussi "pour tous ceux qui prient pour moi, pour mes bienfaiteurs, pour tous ceux qui sont confiés à ma prière, et pour tous ceux qui me seront confiés un jour, quel que soit mon ministère". Là, évidemment, ça excède mes faibles capacités de connaissance et de reconnaissance, mais le Seigneur, lui, qui est tout-puissant et plein d'amour - amour et puissance étant la même chose en Dieu, tout comme d'ailleurs la sagesse, la bonté, la providence -, vous voit chacun dans le secret, vous entend et vous écoute comme un père écoute son tout-petit balbutier ses premiers mots ou réciter une longue poésie, et vous répond... même si vous n'entendez rien et que les événements vous surprennent. Le Seigneur entend votre prière et la mienne, il y répond, même si sa réponse consiste à nous apprendre la patience, et que nous ne voyons rien, n'entendons rien, ne sentons rien. Comme disait le Père Marie-Eugène de l'Enfant-Jésus : "le Saint Esprit m'a toujours contrarié... mais en mieux !"

En ces jours où nous venons de fêter la Pentecôte et la Sainte Trinité, et où nous nous préparons à fêter la Fête-Dieu, ou, comme nous disons aujourd'hui, la Fête du Corps et du Sang de Jésus-Christ, laissez-moi vous souhaiter de vous mettre toujours plus à l'écoute et à la suite de notre Seigneur : avec lui, même quand les temps sont durs, on ne s'ennuie jamais, et la prière est vraiment un chemin de paix et de bonheur plus forts que toutes les tempêtes... et Dieu sait (oui, toujours !) qu'elles sont parfois violentes !